Nuit du 5 juin 2003

Te chanter la pomme serait plus approprié,
Mais t’écrire un poeme m’est plus aisé,
Je ne cesserai jamais de te convoité,
Toi qui est oeuvre d’art et de volupté,

Ton amour n’a pas de prix,
Mais le mien en a un,
Celui d’excessivement grandir,
Sans jamais atteindre ce quelqu’un,

Tu est ma lumiere au bout du tunel,
Tu est la lune de mon ciel,
Le soleil qui éclaire mes journée,
La fille a qui j’ai toujours rever,

J’ai l’impression que pour t’aimer il me faudrait une approbation,
Mais je ne peut m’empecher de t’adorer a ma facon,

Sans pensée ni raison ,
je parcourerai la terre entière,
Afin d’obtenir ta passion,
Et de devenir ton univers,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *